Sécurité alimentaire : des chercheurs invitent à tenir compte du changement climatique

APS: Un nouvel ouvrage publié par l’Institut international sur les politiques alimentaires (IFPRI) souligne qu’un investissement dans la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest doit tenir compte du changement climatique.

Intitulée ‘’Agriculture et changements climatiques en Afrique de l’Ouest’’, cette publication ‘’utilise des outils de modélisation sophistiqués et les données disponibles pour élaborer des scénarios explorant l’ensemble des effets des changements climatiques sur l’agriculture, la sécurité alimentaire et la gestion des ressources’’, indique un communiqué reçu à l'APS.

''Pour la première fois, sont présentées des données climatiques et des analyses par pays pour les 11 États d’Afrique de l’Ouest, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée, le Libéria, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo’’, selon la même source.

Cet ouvrage est le fruit de la collaboration entre l’IFPRI, le Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricole (CORAF/WECARD), et des scientifiques de chacun des pays concernés, précise le communiqué. 

Selon la même source, le livre devrait être présenté ce mardi à Niamey (Niger), à l’occasion de l’atelier régional organisé par le CORAF/WECARD sur ‘’l’intégration des changements climatiques dans les programmes de productivité agricole en Afrique de l’Ouest’’. 

Le nouvel ouvrage formule un certain nombre de recommandations à l’intention des gouvernements et des institutions régionales. 

Selon ses auteurs, ‘’le recueil des données sur les paramètres météorologiques, l’aménagement des sols et les ressources en eau dans la région ne fournit pas, en l’état actuel, une base adéquate à la prise de décisions’’. 

Ainsi pour renverser cette tendance, ‘’il est notamment essentiel d’améliorer la collecte des données météorologiques pour faciliter les choix des agriculteurs dans le contexte actuel et l’élaboration des politiques à long terme’’, suggèrent-ils.

Les chercheurs estiment aussi que ‘’les décideurs devraient intégrer les considérations liées aux changements climatiques dans les politiques relatives à la sécurité alimentaire, s’agissant notamment de la recherche agronomique, des infrastructures et des services sociaux’’.

Le but visé est de ‘’se préparer au changement climatique attendu, tout en parvenant à augmenter la quantité et à améliorer la qualité des produits alimentaires proposés aux consommateurs’’.

Dans leurs recommandations, les auteurs de l’ouvrages soulignent que ‘’les organismes de recherche et de vulgarisation agricoles devraient associer les travaux de mise au point de variétés culturales résistantes au changement climatique aux efforts d’amélioration des rendements’’. 

A cet égard, ajoutent-ils, ‘’la formation des agriculteurs aux nouvelles techniques et technologies d’adaptation et d’atténuation est primordiale’’.

Les auteurs de ‘’Agriculture et changements climatiques en Afrique de l’Ouest’’ relèvent en fin que ‘’les gouvernements devraient s’assurer que les agriculteurs aient accès aux intrants nécessaires pour améliorer la productivité et la production’’.

Pour Robert Zougmoré, responsable du programme régional pour l’Afrique de l’Ouest au sein du Programme de recherche sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS), ‘’la région avait grandement besoin d’un tel ouvrage’’. 

‘’Il comble un vide profond en fournissant des informations scientifiques récentes illustrant la vulnérabilité du secteur agricole face aux changements climatiques aux niveaux national et régional’’, a dit M. Zougmoré.

De son côté, Gerald Nelson, chargé de recherche principal à l’IFPRI, estime qu’il faudrait ‘’tenir compte des considérations liées aux changements climatiques à tous les niveaux des processus de planification et de prise de décisions aux échelons national et régional’’. 

OID/AD

Actualité:

Programmes

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer